16/08/2017

Heure-le-Romain

Heure-le-Romain est une section de la commune belge d'Oupeye située dans la province de Liège en région wallonne.

  Ses habitants sont appelés "Heuroromanoriens".

Le 18 août 1984, l'armée impériale allemande y passa par les armes 28 civils et y détruisit 83 maisons lors des atrocités allemandes commises en début d'invasion.

DSC_0021.JPG

belgiumc.gif

 http://www.maisondusouvenir.be/civil_heure_le_romain.php

Deux manifestations folkloriques se déroulent à Heure-le-Romain : le carnaval et le cramignon , farandole costumée.

Cette tradition semble exister depuis le début du XVe siècle.

Des écrits de 1575 indiquent déjà que le Cramignon est une danse traditionnelle de la région liégeoise.

Aujourd’hui, la coutume des Cramignons se perpétue : des heures durant, au son des fanfares et harmonies, d’impressionnantes farandoles défilent dans les rues des villages. Ces festivités se déroulent généralement à l’occasion des fêtes paroissiales, pendant deux jours, entre juin et mi-octobre.
 
Les participants (robe longue pour les filles et smoking pour les garçons) sont répartis en deux groupes représentant chacun la Société (les «Bleus» ou les «Rouges») à laquelle ils appartiennent. La Société qui aura mobilisé le plus grand nombre de couples (comptage à la sortie de la salle) sera déclarée vainqueur.

Heure le Romain comme beaucoup de villages de la région aimait faire les cramignons aux fêtes. Il y avait la petite fête au mois de juin 2 jours, le dimanche et le lundi. Et la grande fête le dernier dimanche du mois d'août 3 jours le dimanche lundi et mardi. Mais les cramignons se faisait le lundi et mardi.

Il y avait 2 partis, les bleus et les rouges. Ce n'était pas la grande entente surtout quand les cramignons se rencontraient. Il jouait l'un contre l'autre assez longtemps.

Haccourt-cramignon5.jpg



Pour les enfants les fêtes c'étaient procession et puis carrousel baraque à tir et baraques scolaires. Et surtout on mangeaient la tarte.

heureleromain01.jpg

Église St Rémy

heure_le_romain_mom_12.jpg

Monuments aux morts

 

Pecherie1b_1000x750.JPG

Pêcherie de Beaurieux

IMG_4175_1000x750.JPG

Pêcherie du Fer à Cheval

 

 

Enregistrer

Enregistrer

24/01/2017

Julémont

Julémont.jpg

Julémont est une section de la ville belge de Herve située en Région wallonne dans la province de Liège.

Le village se trouve sur une légère crête séparant les vallées de la Berwinne et du Bolland, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de la ville de Liège, sur la route qui relie Herve à la frontière néerlandaise.

Altitude: 228 mètres, au sol de l'église.
Superficie: 250 hectares.
Cours d'eau:  la Berwinne, le ruisseau d'Asse, le ruisseau de Rosmel.
Anciennement: Agriculture.

Des historiens ont supposé que les légions romaines de Jules César auraient séjourné sur ce mont d'oé :
Jul-é-mont ? Mais au XIIe siècle, on citait: GILEMONT.

Dépendait autrefois du duché du Limbourg, haut ban de Herve.

Au XIIIe siècle, la seigneurie appartenait aux sires de WITHEM, après avoir été détenue par diverses familles.
La seigneurie passe en 1482 à Jean de BRANDEBOURG, sire de Bolland. Ensuite par mariage àJean d'EYNATTEN, puis d'autres familles conservèrent la seigneurie jusqu'à la Révolution. Le seigneur de Julémont qui avait pris
malheureusement le parti des SCAVEDRIES lors de la succession du duché du Limbourg, exposa le village à des représailles terribles, ordonnées par les MAUREPAS.

Le château ferme et la seigneurie d'ASSE appartenaient en 1288 à Jean Julémont d'ASSE, En 1760, la seigneurie devint propriété du Val Dieu jusqu'à la Révolution.

Depuis le 13ème s. existe à Julémont une chapelle probablement d'origine castrale.  Elle domine l'horizon et se distingue à des kilomètres à la ronde.

Reconstruite sur les bases d'un édifice du 18è, incendié en 1914 et vraisemblablement sis à l'emplacement d'une chapelle castrale des 12è et 13è, édifice néo-gothique de 1926, en moellons à allure de tuffeau et consacré en 1928. Entrepreneur Rahier de Battice et architecte Giullitte, de Liège. Cimetière emmuraillé et contenant de nombreuses croix funéraires en calcaire, essentiellement des 17è, 18è et 19è.


 
Du 4 au 18 août 1914, le village fut mis à feu et à sang par les troupes allemandes. Des hommes, femmes et enfants furent brulés vifs dans leurs maisons. L'incendie détruisit: 
l'église, la maison communale, l'école et de nombreuses demeures.

julemont01.jpg

 

Du 4 au 18 août 1914, le village fut mis à feu et à sang par les troupes allemandes. Des hommes, femmes et enfants furent brulés vifs dans leurs maisons. L'incendie détruisit:  l'église, la maison communale, l'école et de nombreuses demeures.

Sur le parking devant l'église, le monument aux morts.

julemont_mom_05.JPG

Partie centrale
"COMMUNE DE JULÉMONT
EN AOÛT 1914
LES ALLEMANDS ONT ASSASSINÉ
12 PERSONNES
BRÛLÉ 27 MAISONS
ONT ÉTÉ FUSILLÉS
[Douze noms, non classés par ordre alphabétique]"

Partie gauche : combattants 14-18
Partie droite : combattants 40-45

Screen Shot 01-24-17 at 05.35 PM.jpg

Le Moulin d'Asse

Ce moulin est une véritable antiquité mais on n'en retrouve des traces qu'au 16ème siècle. Par suite de progrès techniques, la roue à eau a été remplacée par des moteurs; mais le moulin actuel possède toujours sa roue, malheureusement invisible de l'extérieur. Aujourd'hui, ce moulin est devenu une exploitation agricole.

ANX-0E-000ZRW.jpg

La Cour d'Asse
Restaurant réputé cuisine française et du terroir

Clic pour plus d'infos

Screen Shot 01-24-17 at 05.42 PM.jpg

Asse, est le nom du ruisseau qui coule dans cette vallée et qui a donné son nom à ce petit château très pittoresque qui appartenait à la petite seigneurie foncière d'Asse. Il est le type même de l'ancienne gentilhommière : moitié ferme, moitié castel. Ce château date probablement du 14ème s. mais a été remanié au 20ème s.

Julemont168.jpg

 

 dessin de A. Gilissen

 

 

 Enregistrer

20/10/2016

A la découverte de Warsage

Warsage est une section de la commune belge de Dalhem située en Région wallonne dans la province de Liège.
Ce village se trouve à l'extrémité nord de la province à l'entrée du Pays de Herve.

Le nom de Warsage sut cité pour la première fois en 1164. C'était une dépendance du ban de Fourons-le-Comte faisant lui-même partie de Comté de Dalhem.

Ils s'installèrent au lieu-dit "La Moinerie", en y construisant une très grande ferme en quadrilatère, pour surveiller la construction de l'Abbaye de Val-Dieu, qui fut terminée en 1215. Un tunnel reliait La Moinerie à l'Abbaye.

Presentation0109.jpg

En 1215 également fut édifiée une tour servant à protéger les habitants des assauts des Ducs de Brabants, qui convoitaient les terres d'Outremeuse.

Le Comté tomba finalement en leurs mains en  puis ce furent les ducs de Bourgogne en 1396 puis les Habsbourg d'Espagne en 1477.
Ce n'est qu'à la fin du 16è que Warsage devint une seigneurie indépendante pouvant exercer pleinement les droits de justice.

Le village fut dévasté par les troupes hollandaises en 1648. Le Comté de Dalhem fut partagé entre les hollandais et les espagnols en 1661. Warsage resta espagnol.
En 1984, ce fut cette fois par les troupes françaises sous Louis XIV que le village fut incendié.
En 1785, le Comté fut rétrocédé à l'Autriche par le Traité de Fontainebleau.
A la révolution française fut définitivement dissout le Comté de Dalhem.

 

L'église Saint Pierre :

Au XIème siècle, l'église primitive (en bois et torchis) a été reconstruite en pierre, en style roman.
Transformation du chœur, début du XIIIème siècle en style gothique. Elle a été restaurée en 1731. La tour-refuge, un ancien donjon date de 1215. Elle a 5 niveaux où les habitants se réfugiaient en cas de danger.
Classement en 1936.

 

DSCN2190.JPG

http://www.mini-ardenne.be/poi.php?titre=Eglise+Saint-Pie...

Le château de Winnerotte.

Il date de la fin du XIXe siècle.Il a hébergé des blessés alliés à la fin de la seconde guerre mondiale. Je n'ai malheureusement pas trouvé de photos de ce château.

La gare :

Warsage était connu pour sa gare par laquelle le charbon de Trembleur était expédié. Le 6 mai 1905 le premier train de marchandises faisait la navette entre le charbonnage et la gare de Warsage. À partir de 1934, cette même ligne assurait également un service de trains légers qui faisaient office de transport de personnes et qui allaient jusque Fouron-le-Comte où il existe toujours un endroit appelé « A gene tram ».
Le 6 août 1914, les 89e et 90e régiment d'infanterie de l'armée impériale allemande y firent halte. 14 civils y furent passés par les armes et 25 maisons détruites par le feu. Ces faits inqualifiables s'ajoutent à la tristement célèbre liste des atrocités allemandes commises au début de l'invasion.

Le Perron de Warsage :

Ce perron-fontaine a été édifié en 1908 en l'honneur des bourgmestres Flechet qui, de père en fils, ont administré le village durant quatre générations.
Le premier Jean-François Flechet fut nommé maire en 1908 jusqu'en 1912. Warsage était encore sous régime français.
Ensuite Lambert Thomas Flechet a administré le village sous trois régimes différents : le français, le hollandais et l'indépendance.
Puis ce fut Jean Guillaume et Ferdinand Flechet.
Leur buste orne les quatre côtés du monument.
 

Perron_Warsage.jpg

Terminons ce post en parlant de la bière artisanale de Warsage.

3_bouteilles_bg.png

 

La blonde :

  Brassée avec un mélange de malt d’orge et de malt de froment, c’est une bière spéciale légère, titrant 6,5 % vol alcool.
Elle est vive et rafraichissante grâce à son côté acidulé. Une fine pointe d’amertume citronnée en fin de bouche est apportée par des houblons typiques.
C’est une bière vivante non filtrée et refermentée en bouteille : les levures en suspension et les protéines des céréales vont lui conférer son trouble naturel et lui assurer sa tenue de mousse exceptionnelle

La triple :

Bière brassée avec du malt pâle, c’est une vraie triple,  blonde forte et amère, titrant 8.5 % vol alcool. Bière caractérisée par des arômes de houblon et une amertume prononcée.
Blonde et brillante, elle a été clarifiée par une longue garde à basse température. Refermentée en bouteille, le sédiment de levure peut être consommée à part.

La brune :

  Bière brassée avec un mélange de malt d’orge et de malt caramélisé, c’est une bière brune forte dans le plus pur style des bières belges d’abbaye, titrant 9 % vol alcool.
Bière veloutée et moelleuse aux arômes de caramel et aux parfums de fruits blancs tels la banane et la pomme. Une légère amerturme finale vient équilibrer l'ensemble. Sa coloration bien cuivrée provient du malt caramélisé ainsi que de la cuisson sur flamme vive lors du brassage.

Bonne dégustation de ces bières si vous êtes de passage à Warsage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

08/07/2016

Richelle village convivial

Richelle est une section de la commune belge de Visé située en Région wallonne dans la province de Liège. 

Richelle est posté en haut d'une falaise surplombant la Meuse de plusieurs dizaines de mètres. Le village a une altitude approximative de 120 mètres, mais seule une toute petite partie du territoire du village court jusqu'à la Meuse, à ce moment à 60 mètres au dessus de la mer. Ce lieu bucolique est caractérisé par près de 500 habitations regroupées principalement autour de la place du village.

800px-Rue_de_la_Cour_de_Justice.jpg

Au moyen-âge, Richelle est sous autorité ecclésiastique. Jusqu’en 779, elle appartient à la forteresse de Chèvremont. A ce moment, Otton la cède au chapitre (= assemblée tenue par des religieux) d’Aix-la-Chapelle. Ce chapitre y exerce des droits seigneuriaux et possède des propriétés (dont la cour d’Aix). La seigneurie est petite (à peine cent habitants), mais possède une cour de Justice, car la fragmentation de l’autorité fait que chaque recoins du territoire disposent de lois et de coutumes différentes.

En 1239, le duc de Brabant Henri II conquiert le comté de Dalhem et y exerce son autorité.  Les principautés de Dalhem, Fauquemont, Rolduc et Limbourg sont regroupées et constituent alors la province du Limbourg, enclavée dans des terres étrangères.

En 1661, le pays de Dalhem est partagé entre le roi d'Espagne et les Etats Généraux des Provinces-Unies (Hollande). Richelle devient espagnol. Par après l'Espagne, affaiblie est attaquée par les Français. Pendant un siècle, les armées étrangères se battent sur notre sol. Beaucoup de Richellois meurent de faim et de blessures infligées par les conquérants.

En 1704, Richelle est envahi par les armées autrichienne, anglaise et hollandaise qui font la guerre à la France et à l'Espagne.

En 1713, lors de la fin de la guerre de succession espagnole, le pays de Dalhem et Richelle deviennent autrichiens.

En 1740,la mort de l'empereur autrichien Charles IV déclenche la guerre de succession d'Autriche qui durera sept ans.

En 1746, le général Mercy couvrant la retraite de l'armée autrichienne contre les Français s'établit entre Richelle et Visé. Les soldats occupent tout le village et les moissons servent pour la nourriture des chevaux.

Un an après en 1747, le village est envahi et occupé par les hongrois pour attaquer le château d’Argenteau.

En 1795, c'est l'occupation française et l'incorporation du pays de Dalhem au département de l'Ourthe ainsi que de profondes réformes judiciaires, administratives et religieuses.

1800. Année importante pour Richelle. La commune est propriétaire d'une enclave située sur le territoire d'Argenteau.Le cimetière et l'église sont isolés du reste de la commune.

Les deux communes se mettent d'accord et il faudra attendre 1827 pour que cet échange se concrétise. Les habitants de Richelle pourront aller à la messe sans passer sur le territoire d'Argenteau.

En 1914, la Grande Guerre sera particulièrement tragique à Richelle. Des soldats allemands, cachés en divers endroits du village, capturèrent cinq villageois. Alors qu’aucun coup de feu n’avait été tiré, ils les  traitèrent de francs-tireurs et les emmenèrent. Le bourgmestre se rendit au camp allemand pour réclamer leur libération, mais fut sommé de réquisitionner une charrette afin de transférer les soldats blessés au château d’Argenteau, escorté par un officier et 25 hommes.  Quant aux cinq villageois, ils furent transférés à Aix-la-Chapelle, jugés sommairement et fusillés ! Dans le même temps, le curé et le bourgmestre sont arrêtés. En représailles de soldats tués à Visé par des francs-tireurs, leur exécution est programmée pour le lendemain. Heureusement, leur grâce est prononcée suite au faire valoir d’un officier, signalant les soins donnés par la population à des soldats allemands. Plusieurs habitants moururent cependant en héros durant la guerre.

2014-09-03_16.39.11s_0.jpg

 

La seconde guerre mondiale marqua Richelle de la même manière que la majorité des autres villages. Ainsi, la résistance y fut active, menée par le responsable Joseph Geurde. Comme anecdote, notons que le facteur en était, et interceptait les lettres de dénonciation, pour les adresser au commissaire de Visé, lui-même résistant. La libération eut lieu le 11 septembre 1945, les américains occupant les deux salles du villages, d’autres logeant chez l’habitant. Deux femmes et trois hommes eurent à rendre des comptes comme collaborateurs .

Après ce résumé d'histoire sur Richelle, une présentation de quelques bâtiments de ce village.

Et tout d'abord le château de Richelle. Ce bâtiment est situé au centre du village. Il n'a pas l'allure traditionnelle d'un château mais plutôt d'une grosse bâtisse. Des aménagements et incendies ont modifié la configuration du bâtiment.
Dans le jardin on peut y admirer un sequoia.
Un fronton a été rajouté à la bâtisse. Il est percé d'un oculus et de grandes fenêtres. 

Malgré mes recherches sur internet, je n'ai pu trouver que cette petite photo du château.

thmb_chateau.jpg

 

La cour de Justice située sur la place du village près de l'église.
Au 18 e siècle, c'est la famille d'Odémont qui l'occupe. Cette famille fournira un grand nombre de greffiers, échevins et mayeurs. Elle aurait été construite en 1745.
C'est là que se déroule la vie judiciaire du vieux Richelle jusqu'à la révolution française.

CJ_Richelle.jpg

 

La cour d'Aix est un ensemble de bâtiments qui forment un vaste carré au coeur du vieux village. Selon la tradition, elle aurait été jadis le siège de l'ancienne cour de justice du ban avant qu'elle ne soit transférée dans la demeure de Jean Mathias Dodémont. Elle conserve encore aujourd'hui au rez de chaussée les vestiges d'un ancien autel portant le monogramme marial.
Sur le fronton du porche d'entrée, le millésime 1671 est gravé dans la pierre. Une pierre plus ancienne dans un des murs latéraux indique 1575. Et la grange majeure possède un remarquable portique en brique de 1717. C'est maintenant un complexe de chambres d'hôtes.

https://www.chambres-hotes.fr/chambres-hotes_bb-cour-d-ai...

2014-09-03_16.47.33s.jpg

 

Je terminerai ce post avec l église est dotée d'une massive tour carrée couronnée d'une flèche à huit pans. Cette flèche ne date que de 1942 car l'ancienne a été abimée pendant la guerre. Les travaux de l'église en réparation ont été commandés par le père de l'ancien évêque Van Zuylen pour occuper les Richellois et leur éviter le travail obligatoire en Allemagne.

Trois cloches rythment les journées, annoncent les fêtes, les joies et les peines. Elles pèsent 750, 430 et 378 kgs. Elles ont été volées par les Allemands et remplacées par les Dommages de Guerre en 1955.

2014-09-03_16.38.33s.jpg

Richelle_mon_cim_10.JPG

 

 

 

 

 

 

11/06/2016

En passant par Goé

Goé est une section de Limbourg, située en Région wallonne dans la province de Liège.

 J'ai eu le bonheur d'habiter ce petit village et particulièrement un petit hameau extérieur.. Cela fait maintenant 40 ans. Lors de mon passage récemment, j'ai eu le coeur rempli d'émotions même si cet endroit avait beaucoup changé.

DSCN8640.JPG

Largement construit en pierres du pays,

DSCN8765.JPG

ce village de la région belgo-allemande des Hautes-Fagnes se trouve entre la ville de Limbourg (à trois kilomètres au sud de celui-ci) et le barrage de la Gileppe dont les eaux canalisées de l'ancien ruisseau se jettent dans la Vesdre au lieu-dit Béthane.

Ce village a souffert de la place forte de Limbourg. Citée dès 1145 la "villula" de Goé faisait partie de l'abbaye de Rolduc.On y trouve encore des édifices anciens concentrés au village.
De nombreux sentiers de promenades vous permettront de découvrir la Pierresse, la Bovegnée, les Pirhettes, Béthane et Nantistay.
Goé s'est développée notamment grâce à l'industrie du bois en raison de la proximité des forêts de l''Hertogenwald.
Elle est encore connue pour ses entreprises artisanales et la firme Corman, mondialement connue dans le domaine agro-alimentaire.

PID_$741844$_b3785b36-0564-11e1-b89a-1dfa14344a35_original.jpg


L'église Saint-Lambert et son clocher tors ainsi que de très jolies maisons en pierres du pays vous séduiront.

Goé_-_Eglise_Saint-Lambert.jpg

 

A découvrir vraiment : L'Eglise Saint-Lambert de style gothique avec son clocher hélicoïdal dont l'intérieur renferme du mobilier du 16ème siècle  - Le château où séjourna Léopold Ier (propriété privée)

Le château de Goé est situé légèrement à l’écart du village dans un beau parc boisé dominant la route de la vallée de la vesdre. L’ensemble de ses bâtiments ordonnés, autour d’une cour carrée, avec accès par une drève arborée dans l’axe du portail, se dressent en contre-bas de l’église.

Ce château fut le siège de la seigneurie hautaine acquise en 1649 par Jean-Baptiste de Caldenborg auprès de Philippe IV le roi d’Espagne. En 1748, il fut acheté par le chevalier J.P. de Lantremange dont le fils, Jean-Guillaume, fut le dernier seigneur hautain et premier maire de Goé. Ensuite il fut cédé à P.L. Poswick, petit-fils de J.P. de Lantremange.

Ce château reçut la visite du roi des Belges Léopold 1er, du 16 au 18 novembre 1847. Il deviendra ensuite la propriété des familles Sagehomme, puis Thibert et enfin, actuellement Schlechtriem.

goe2.jpg

- Les maisons en pierres blanches et les trottoirs en galets de Vesdre

Autre suggestion : Promenade vers l'arboretum

C’est un véritable musée à ciel ouvert. Chênes, érables, hêtres, noisetiers ou autres… Au total, 36 essences sont sorties de terre il y a de nombreuses années dans le charmant Arboretum de Coingsoux à Goé, qui n’était autrefois qu’une décharge publique

DSCN8650.JPG

et le lac de la Borchêne.

DSCN8737.JPG

L'étang de la Borchêne est une pièce d'eau de 48 ares située au pied du barrage de La Gileppe.

Voilà je vous ai présenté ce beau petit village.

Prochains posts

-Le barrage de la Gileppe

-Au départ d'Ivoz Ramet

-Le prehisto museum de Flemalle

-Balade à Clermont sur Berwinne..