28/03/2015

Saint-Hubert Sa basilique

Ancienne église abbatiale de l'abbaye Saint  Pierre de Saint-Hubert-en-Ardenne (687-1797), elle fut élevée au rang de basilique mineure en 1927. L'église et le quartier abbatial font partie du Patrimoine majeur de Wallonie. 

 

Saint-Hubert_JPG02d.jpg

Derrière une façade baroque se cachent cinq nefs, un transept et un choeur  construits en gothique flamboyant de type brabançon, sur des fondations romanes et à l'emplacement de plusieurs églises antérieures, (la précédente de 1135).

En architecture, la nef est une salle oblongue d'une basilique civile ou d'une église  allant du portail à l'hémicycle (pour la basilique) ou à la croisée du transept (pour l'église) et qui est fermée par deux murs latéraux et un comble.

 

IMG_5328.JPG

 

 

Le transept est une nef transversale qui coupe à angle droit la nef principale d’une église  et qui lui donne ainsi la forme symbolique d’une croix latine. Outre ce côté symbolique, le transept participe à la solidité de l'édifice, à la manière de deux arc-boutants géants.

Le chœur est la partie de l'église réservée au clergé, quelquefois appelée chœur liturgique ou chœur des chantres1 pour la distinguer du chœur architectural qui comprend l'ensemble de la nef située autour du chœur liturgique (collatéral du chœur). Il peut comprendre le sanctuaire où se déroule le cérémonial liturgique autour dumaître-autel, lieu le plus important de l'église

 

Saint-Hubert_100410_(5).JPG

 

Le corps entier de saint Hubert, qui deviendra dès le IX°s, patron des ardennais, des chasseurs et forestiers, considéré aussi comme patron principal, premier évêque et fondateur de la Ville de Liège, fut transféré le 30 septembre 825 de l'abbaye Saint-Pierre de Liège, qu'Hubert avait fondé, dans l'abbaye Saint-Pierre-en-Ardenne( Ambra) . Cette translation a démarré les très nombreux pèlerinages paroissiaux, diocésains, de frairies ou individuels, toujours vivaces de l'Europe occidentale entière.

 

IMG_5398.JPG

 

 

Pour l'essentiel, la construction de l’église actuelle s’est étalée entre 1526 et 1564. L'intérieur des tours date de 1230 environ. La voûte de la nef centrale a été relevée en 1683 (clés des bras du transept). Les voûtes des nefs latérales sont datées de 1564 (première clé de voûte du déambulatoire sud). La façade a pris son aspect actuel entre 1700 et 1702 (Frère Bérégise, bénédictin, et Jean-Arnold Hontoire).

De fréquents incendies de la cité abbatiale ont contribué à une modification des bâtiments, au fil des reconstructions successives. Le sac total opéré par les Huguenots français les 15 et 16 octobre 1568 fut particulièrement dévastateur. Il faut ajouter à cela les spoliations par les voisins luxembourgeois du XVI°s au XVIII°s et par la France, puissance occupante, après 1795. Il subsiste aussi une des trois cryptes romanes, antérieures à 1080 et remaniée lors de la construction de l'abbatiale actuelle.

 

La basilique conserve un mobilier important :

  • L'autel de saint Hubert de 1648 de Nicolas de Fanson, le retable de 24 émaux de Limoges du célèbre émailleur Didier, réalisé d'après la petite Passion d'Albrecht Dürer et un remarquable ensemble de sculptures dont la plupart se trouvent dans le chœur.
  • IMG_5393.JPG

  • Les stalles, œuvre d'ébénisterie de qualité, terminée en 1733, ont été sculptées entièrement par Jean-François Louis, gendre de J-A Hontoire et construites par Pierre Martiny, menuisier borquin . Elles sont décorées de dix-huit panneaux de chêne sculptés en bas-relief et présentent les principaux épisodes des vies de saint Benoît et saint Hubert.
  • Les orgues classiques, installées dans un buffet à deux corps daté de 1685 ont été construites par Antoine le Picard de Noyon, le buffet, vraisemblablement de J-A Hontoire, Elles comptent actuellement 44 jeux complets mais elles ont cependant été fortement modifiées vers 1930.
  • Le cénotaphe de saint Hubert, sculpté par Guillaume Geefs  en 1847, a été commandé et offert à l'église par le roiLéopold 1er de Belgique.
  • IMG_5352.JPG

  • Enfin un ensemble de seize toiles monumentales sont conservées et ont été réalisées entre 1840 et 1865: le chemin de croix par trois professeurs de l'Académie d'Anvers, la conversion de saint Hubert par Lambert Mathieu et saint Hubert en prière dans la forêt par Maximilien Gillard, deux peintres importants de la région.

Liens : http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_des_Saints-Pierre-...

http://photos.piganl.net/2012/st_hubert/st_hubert.php

http://www.basiliquesainthubert.be/WEBSITE/BEFR/02/Presentation06.php

 

Commentaires

Magnifique Jean-Claude , tes photos sont superbes , belle idée d'avoir créé un blog pour nous offrir tes merveilleuses photos de tes ballades , cela nous permet ainsi de voyager par la même occasion et de nous instruire

Écrit par : Dister | 28/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.